PADSP

Programme d’Appui au Développement du Secteur Privé

Description sommaire

Programme d’appui au développement du secteur privé : La coordination dresse un bilan satisfaisant

Le Programme d’appui au développement du secteur privé (PADSP) a été créé le 29 avril 2013 par arrêté conjoint n°2013-0105/MICA/MEF du Ministère de l’industrie, du Commerce et de l’Artisanat et du Ministère de l’Économie et des Finances. Il a succédé au Programme de Renforcement des Capacités des Entreprises (PRCE), mis en œuvre de 2003 à 2008 et qui visait l’amélioration de la compétitivité des PME au Burkina Faso à travers le développement durable d’un marché de Services de Développement des Entreprises (SDE).

Dans la continuité des actions du PRCE, le PADSP est centré sur l’amélioration de l’efficacité du dispositif institutionnel et des structures de promotion, de soutien et de financement du secteur privé burkinabè. Placé sous la tutelle technique du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, il a été exécuté par la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso dont le Secrétaire général, Boubacar Traoré, a en été le coordonnateur. Il nous dresse dans cette interview les principaux acquis du programme qui a clôturé ses activités en mi-janvier 2017.

 

 

Le Promoteur : Quels sont les objectifs, les domaines d’intervention, le coût et la durée du PADSP ?
 

Boubacar Traoré : L’objectif global du PADSP est de contribuer à la croissance économique et à la réduction de la pauvreté par le développement du secteur privé. Le Programme est financé par l’Union européenne dans le cadre du 10e FED pour un coût global de 11 millions d’euros, soit environ 7 milliards 200 millions de Fcfa. Les activités ont commencé en 2013 avec une année de retard et se sont achevées le 14 janvier 2017. Le Programme est placé sous la tutelle technique du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Le programme a été élaboré autour de trois composantes :

▪ Composante 1 : Renforcement des capacités du dispositif institutionnel public et privé d’accompagnement du secteur privé ;
▪ Composante 2 : Développement du système national de mangement de la qualité ;
▪ Composante 3 : Facilitation de l’accès au financement pour les PME.

A l’origine, deux agences d’exécution avaient été identifiées pour la mise en œuvre de ces trois composantes : la MEBF pour les composantes 1 et 3, et l’Agence Française de Développement (AFD) pour la composante 2.

Seules les composantes confiées à la MEBF ont été exécutées. Elles ont permis d’accompagner une vingtaine de bénéficiaires dont le Ministère du Commerce et certaines de ses directions centrales, 5 structures d’appui aux entreprises, 5 organisations professionnelles, 2 laboratoires et les structures chargées des questions de normalisation et de management de la qualité.

 

Quel bilan faites-vous de l’exécution du Programme arrivé à son terme ?

En termes de bilan, il faudra plutôt parler de celui des composantes 1 et 3 que nous avons mises en œuvre à la MEBF. D’abord, il faut dire que les activités financées au profit des bénéficiaires ont porté essentiellement sur des études, des formations, des acquisitions d’équipements et des octrois de subventions de fonctionnement. Globalement, nous pouvons dire que le bilan est satisfaisant : 86% des études programmées ont été réalisées. Le programme des formations a été exécuté à 96%. Sur 713 cadres et agents assimilés inscrits à ces formations, 665 y ont effectivement pris part, soit un taux de participation de 93%. Au niveau financier, nous avons pu exécuter 88% du budget décaissé des deux composantes, soit 4 114 107 714 Fcfa sur 4 693 367 271 Fcfa.

 

Est-ce que les objectifs ont été atteints ?

 

Si nous prenons le programme dans sa globalité, il est évident qu’il y a un goût d’inachevé avec la nonexécution de la composante sur la facilitation de l’accès au financement pour les PME. Les raisons de cette situation sont bien évidemment à rechercher auprès du bailleur et de l’agence initialement identifiée pour l’exécuter. Pour ce qui est des deux composantes dont nous avons eu la charge, les objectifs sont atteints. Il serait fastidieux de vous parler en quelques minutes d’entretien de tout ce qui a été fait. Les bénéficiaires pourront mieux témoigner de ce que le programme leur a apporté. Je voudrais simplement rappeler quelques réalisations qui leur permettront d’améliorer les services qu’ils offrent aux entreprises. Au titre des équipements, nous avons mis à la disposition des structures bénéficiaires d’importants lots de matériel informatique, de mobiliers de bureau, de matériel roulant, d’équipements de laboratoires, etc. Par exemple, l’ABNORM (Agence burkinabé de normalisation, de la métrologie et de la qualité) et l’ABMAQ (Association burkinabè pour le management et la qualité) ont bénéficié de plus de 1 000 ouvrages, recueils de normes et documents électroniques. Le service de documentation du Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat a bénéficié de plus de 300 ouvrages
techniques.

 

Le programme a amélioré la visibilité de certains bénéficiaires en rénovant ou en créant leurs sites internet, en élaborant leurs stratégies de communication. S’agissant des études, le programme a permis de relire la politique de développement du secteur privé, de doter le Ministère du commerce de normes dont celles
portant sur les produits locaux transformés, les cycles et cyclomoteurs et les emballages. Nous avons accompagné quelques structures pour la certification de leurs services à la norme ISO 9001 version 2015.

Quel est votre mot de la fin ?

Mon mot de fin est une invite au Ministère du Commerce et au bailleur pour la prise en charge de la problématique du financement des entreprises dans les futures interventions en faveur du secteur privé. Comme je le disais, la non-exécution de la composante 2 laisse un goût d’inachevé qu’il convient de combler car les
attentes des bénéficiaires à ce niveau restent fortes.

Informations Utiles

« Il n’y a pas deux personnes qui ne s’entendent pas. Il y a deux personnes qui ne se sont pas parlé »
« Médiation- Afrique » est une plateforme de formation en ligne des médiateurs professionnels initiée par ITC, conçue et réalisée en partenariat avec le Centre d’Arbitrage de Médiation et de Conciliation de Ouagadougou (CAMC-O)  et la Maison de Communication en France à la Rochelle.

Le Séminaire de Managament de la Nouvelle Entreprise est une formation destinée aux nouveaux créateurs d'entreprises et visant à leur enseigner le b.a-ba en matière de gestion ...

Afin d'informer et de sensibiliser les futurs créateurs d'entreprises sur les exigences de l'entreprenariat et les étapes clés de la création d'une entreprise, la Réunion d'Information sur la Création d'Entreprise est un cadre offert gratuitement à tout porteur de projet et promoteur.

 

Avis d’Appel d’offres (AA0)
 
Burkina Faso
 
Maison de l’Entreprise du Burkina Faso
 
Financement : IDA/PPCB
 
AON F13/2017/AON-F/IDA/PPCB/MEBF/DG/SG/DAF  Relatif  à l’acquisition de matériel informatique (lot 1) et à l’acquisition de système de vidéo-surveillance (lot2) au profit de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF)
 

Appel d’offres national N°F 10/2017/AON-F/IDA/PPCB/MEBF/DG/SG/DAF   Relatif à l’acquisition des fournitures de bureau et de consommables informatiques  au profit de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF)
 

AON F5/2017/AON-F/IDA/PPCB/MEBF/DG/SG/DAF  relatif au recrutement de prestataires dans le cadre de la réalisation d’activités de communication au profit de la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso (MEBF). 
 

1.            Le Burkina Faso a obtenu un Don de  l’Association Internationale de Développement (IDA) afin de financer la mise en œuvre du Projet Pôle de Croissance de Bagré (PPCB). Il a l’intention d’utiliser une partie de ces fonds pour effectuer des paiements autorisés au titre du Marché relatif au recrutement de prestataires chargés de la fourniture de services de pause-café et de pauses-déjeuner. 
 

Sollicitation de manifestation d’intérêts C03/2016/IDA//PAFASP/MEBF/DG/SG/DAF pour la sélection d’un consultant (cabinet) chargé de la réalisation de l’étude d’impact des interventions de la MEBF sur les micro-projets, microentreprises et des PME.   Publication de l’AMI : revue des marchés publics n° 1889 du 28 septembre 2016, page 36.

Expert/Coach:
Autre
Domaine de compétence agréé:
Management/Gestion de strat?gie, Finance et interm?diation financi?re, Etudes, Formation, Assistance comptable,
Expert/Coach:
Autre
Domaine de compétence agréé:
Management/Gestion de strat?gie, Etudes, Formation technique (agriculture), Formation en gestion
Expert/Coach:
Autre
Domaine de compétence agréé:
mel_som@yahoo.fr
Expert/Coach:
Autre
Domaine de compétence agréé:
ceif3sarl@yahoo.fr
Expert/Coach:
Autre
Domaine de compétence agréé:
ounganshioo@yahoo.fr

Newsletter

Sélectionnez les lettres d’information auxquelles vous souhaitez vous abonner ou vous désabonner.